Nos Actualités

Crédits illustration : Pierre Elie

La majorité des Parisien.ne.s et des Lyonnais.e.s veulent des mesures pour mieux protéger les enfants de la pollution de l’air

Un nouveau sondage, commandé par la Clean Cities Campaign et réalisé par YouGov, montre que 67% des Parisien.ne.s et 66% des Lyonnais.es veulent que leurs élu.e.s fassent plus pour protéger les enfants de la pollution de l’air. Les résultats montrent également que la majorité des sondé.e.s en ligne (59% à Paris et 54% à Lyon) désire que les rues qui passent devant les écoles et les crèches soient fermées aux véhicules thermiques.


Vincent Bezaguet, Coordinateur de la coalition La Rue Est À Nous, a déclaré : “Les enfants sont particulièrement vulnérables à la pollution de l’air, entre autres parce que leur corps est en croissance et parce que leur rythme respiratoire est plus élevé que celui des adultes. Lutter contre la pollution de l’air là où ils passent beaucoup de temps, comme les écoles et les crèches, doit donc être une priorité.”


De manière plus générale, les habitant.e.s de ces deux villes voudraient que leurs élu.e.s agissent davantage en faveur des déplacements à pied (62% à Paris et 60% à Lyon), des transports publics (60% à Paris et 61% à Lyon) et du vélo (55% à Paris et 52% à Lyon).


Le sondage en ligne révèle également qu’une grande majorité de Parisien.ne.s (77%) et de Lyonnais.e.s (72%) veulent plus d’espaces verts et de végétation dans leur ville et qu’une plus grande part de l’espace public soit réservée aux piéton.ne.s (66% à Paris et 64% à Lyon).


Vincent Bezaguet a ajouté : “Les résultats de ce sondage sont frappants. La majorité des Parisien.ne.s et des Lyonnais.es souhaite que plus d’espace soit dédié à la mobilité active ou partagée, ainsi qu’à des espaces, comme les parcs, dans lesquels on peut se détendre. À Paris 50% de l’espace public est encore réservé à la voiture. C’est un non sens. Les citoyen.ne.s ont besoin d’espace, surtout en période de confinement.”


En France la pollution de l’air serait responsable chaque année de près de 100 000 morts prématurées. La métropole du Grand Paris est la 4ème zone urbaine la plus polluée au NO2 en Europe. Chaque année plus de 2500 morts prématurées pourraient y être évitées si les niveaux de NO2 étaient aussi bas que dans les villes les moins polluées d’Europe. La ville de Lyon arrive en 35ème position et ce sont près de 450 morts prématurées qui pourraient y être évitées chaque année.


La coalition La Rue Est À Nous, créée en mars 2021, a pour but principal de mobiliser les citoyen.ne.s contre la pollution de l’air émise par le trafic routier à Paris. Pour ce faire, elle tisse des partenariats et propose des collaborations avec des organisations et des citoyen.ne.s concerné.e.s ou touché.e.s par la mauvaise qualité de l’air : parents d’élèves, organisations santé, utilisateurs des transports publics, etc. La coalition est composée de onze organisations membres : Alternatiba Paris, Extinction Rebellion Ile de France, France Nature Environnement Paris, Greenpeace Paris, InCOPruptibles, Les Amis de la Terre Paris, La voie est libre, Mieux se Déplacer à Bicyclette, Paris Sans Voiture, Respire, Transport & Environment.

Contact

Vincent Bezaguet


La Rue Est À Nous


bezaguet.vincent@gmail.com

+33 6 75 68 76 88

Notes

Tous les chiffres, sauf indication contraire, proviennent de YouGov Plc. Le nombre total de sondé.e.s à Paris et à Lyon s’élève à 1511 adultes (agé.e.s de plus de 18 ans), 1008 à Paris et 503 à Lyon. Le sondage s’est déroulé en ligne du 3 au 22 mars 2021. Les principaux résultats du sondage peuvent être consultés dans le briefing. L’accès à la totalité des résultats sera donné sur demande.


La Rue Est À Nous fait partie de la Clean Cities Campaign, un nouveau mouvement Européen lancé aujourd’hui pour encourager les villes a rendre leur transport zéro-émission d’ici 2030. La campagne demande aux villes et aux gouvernements de repenser la mobilité urbaine en donnant plus d’espace public à la marche, au vélo et aux espace verts, en soutenant le transport public et en autorisant seulement les voitures et les camionnettes zéro-émission à circuler en ville d’ici 2030 au plus tard.