Tribune : Apaiser le centre de Paris, une épreuve olympique

D’abord annoncée pour début 2022, puis repoussée à 2023, la ville de Paris vient d’annoncer que sa zone apaisée ne verra finalement pas le jour avant 2024. Pour rappel, le projet est de donner plus de place aux piétons, aux cyclistes et aux transports en commun en interdisant le centre de la capitale au trafic de transit.

Cette mesure, accompagnée d’un plan de circulation pensé pour éviter un report de trafic sur les autres quartiers, a le potentiel de lutter efficacement contre la pollution de l’air. Elle permettra également de diminuer la pollution sonore et les accidents de la route. Il est donc urgent de la concrétiser. 

Paris fait partie des villes européennes les plus touchées par la pollution au dioxyde d’azote (NO2), un gaz principalement émis par le trafic routier. Tous les établissements scolaires, dont des écoles maternelles et primaires, dépassent la recommandation de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en matière de NO2. 16 % les dépassent de plus de quatre fois ! Chaque année, plus de 900 Parisien.nes en meurent prématurément.

La principale raison qui semble justifier ce nouveau report est que la zone apaisée ferait fuir les client.es des commerces du centre. Pourtant, de nombreuses études montrent que moins de trafic motorisé rime avec plus de bénéfices pour les magasins. Les piétons et les cyclistes seraient plus enclins à entrer dans les boutiques et y reviennent plus souvent.

Il y a fort à parier qu’en 2024, la Ville de Paris ait à gérer des travaux de dernière minute et autres priorités liées au Jeux Olympiques. Le risque est donc grand que la création de la zone apaisée soit le cadet des soucis de la mairie, voire même une épine dans le pied, et qu’elle décide, à nouveau, de la reporter à plus tard.

N’attendons donc pas deux années supplémentaires pour diminuer le trafic routier dans nos rues. L’urgence sanitaire est bien trop pressante. La Maire de Paris et son équipe ont fortement axé leur campagne électorale sur la réduction de la place de la voiture en ville et sur l’augmentation de la place réservée à la mobilité durable. Nous leur demandons de joindre l’acte à la parole.

 

Signataires :

Alternatiba Paris

Clean Cities Campaign

InCOPruptibles

Les amis de la Terre Paris

Ras le scoot

Respire

Greenpeace Paris

Contact

presse@larueestanous.fr